MERVILLE

CONCOURS POUR L'EXTENSION DU GROUPE SCOLAIRE VICTOR HUGO ET RECONSTRUCTION DE LA CUISINE CENTRAL ET DU RESTAURANT SCOLAIRE

press to zoom

press to zoom

press to zoom

press to zoom

Le projet d’extension de l’école Victor Hugo et de reconstruction de la cuisine centrale est un projet ambitieux qui parachève la restructuration d’un site marqué depuis le XIXe Siècle par la présence des écoles publiques majeures de la Commune.

Notre projet s’inscrit dans une volonté questionnement global du site visant à améliorer son fonctionnement général et à concevoir un lieu d’enseignement de qualité et en cohérence avec son époque.

Ce projet d’extension est déjà amorcé par la réhabilitation du bâtiment situé rue des prêtres et par la création d’un nouveau hall d’entrée. Ce hall, en contraste avec le contexte architectural, imprime un parti pris fort dans le fonctionnement et dans l’image de l’école. Nous intervenons dans la continuité de ce travail.

 

Notre stratégie d’implantation et d’intégration dans le site repose sur les 4 intentions suivantes :

  • Le  bâtiment projeté s’implante et se développe le long du Boulevard Victor Hugo tissant ainsi un lien et une continuité avec les bâtiments originels et le hall d’entrée récemment réalisé. Cette volonté de raccorder le projet aux bâtiments alentours est renforcée par un travail fin sur l’échelle et sur le calage des hauteurs.

  • Notre projet se caractérise par un travail subtil de plis et de décalage des façades et des niveaux, qui vise à donner une échelle plus adéquate en relation au contexte. En effet, nous aspirons à un projet qui soit sensible dans son rapport au paysage et dans sa perception depuis le quai. De plus, ce travail de volumétrie ouvre des porosités et des vues dégagées vers l’intérieur de la parcelle, en redonnant à voir, depuis l’espace public, les bâtiments et les grands arbres situés du cœur d’îlot.

  • Le travail de volumétrie s’aboutit par la création d’un socle en rez-de-chaussée, véritable assise du projet, qui concentre, pour l’essentiel, les programmes tournant autour de la restauration scolaire. Cette position stratégique offre aux élèves une pause méridienne avec un temps bien différencié du temps scolaire, et un paysage de qualité. De plus, depuis l’espace public, les salles de restaurant largement ouvertes, offre une façade dynamique.

  • L’insertion du projet se fait également par le choix d'un matériau de façade unique ancré dans l'histoire du territoire : la brique. Les qualités de la brique ne sont plus à démontrer tant par sa pérennité, sa résistance, sa provenance locale et ses possibilités variées de mise en œuvre, de teintes, de formats. Nous faisons le choix d’une brique de teinte claire et nous proposons une écriture architecturale à la fois contemporaine et sobre. L’appareillage filant jouant sur les horizontales avec utilisation ponctuelle d’un calepinage en ressaut, créé un effet de relief et d’accroche de la lumière selon l’orientation des façades.

Le travail d’intégration du projet dans son environnement repose également par le travail paysager. Le parti pris des aménagements paysagers consiste à accompagner les grandes lignes du projet architectural selon deux échelles :

  • Celle de l’urbain, notamment avec les aménagements proposés le long du quai. L’enjeu est de retrouver un lieu d’accueil pour les enfants à l’échelle du site, avec un véritable parvis à l’échelle du site. Le traitement de cet espace, uniforme et sobre, est dessiné en pavés. Cela renforce le travail minéral des façades et valorise cette promenade arborée et agréable, le long de l’eau.

  • Celle des cours de récréation. En effet, les deux cours possèdent une dimension ludique. Elles sont identifiées par des jeux et du mobilier qui offrent des esthétiques identitaires. De plus, le projet intègre au maximum les arbres existants. Les arbres dans les cours permettent de créer un ombrage léger les jours ensoleillés tout en marquant les saisons. Les cours sont en enrobé, offrant un espace facile d’entretien. Les deux cours sont séparées par le jardin pédagogique, pour éviter le contact entre les écoliers de niveaux différents et intégrer au cœur de l’établissement le potager.

Le fonctionnement souhaité par la Maîtrise d’Ouvrage, à savoir la séparation des CP CE1 des autres niveaux, à la fois, dans la pédagogie, lors des récréations, et lors de la sortie des classes, nous conduit à proposer un fonctionnement rigoureux et très lisible des accès et des flux :

  • Nous prévoyons une entrée unique pour tous les élèves. En revanche, les 5 classes dédiées aux CP CE1 se situent exclusivement au R+1.

  • A l’opposé de la circulation verticale existante, nous dessinons un second escalier qui, outre la fonction d’escalier de secours, permet aux CP CE1 de rejoindre directement leur cour de récréation et le restaurant scolaire, sans croisement de flux.

  • Les salles des autres niveaux - CE2 CM1 CM2 – se situent au R+2 et au R+3 avec 4 salles par niveau. Ces salles de classes sont accessibles par la circulation verticale existante pour l’entrée et la sortie des classes, et pour les temps de récréation et de restauration.

  • Sur le Boulevard Victor Hugo se trouve l’accès au restaurant des élèves de maternelle, qui viennent de l’extérieur. Cette implantation permet aux maternelles de ne pas rentrer dans l’enceinte de l’école élémentaire. Ils bénéficient ainsi d’un hall dédié. De plus, cet accès et ce hall sont également utilisés pour la sortie des CP CE1, le soir, afin d’éviter un flux trop important d’élèves dans la hall principal.

 

Nous faisons le choix de proposer des dispositifs passifs pour accompagner la performance énergétique du bâtiment et le confort des usagers. On retiendra notamment :

  • Les circulations desservant les salles de classes sont orientées au Nord-Est, sur le Boulevard Victor Hugo. Elles bénéficient de grandes ouvertures toute hauteur afin de capter un maximum de lumière et de s’ouvrir sur le paysage.

  • Les salles de classe ont une orientation Sud-Ouest. Les menuiseries sont dessinées au nu intérieur, avec un allège afin d’avoir une surface de vitrage plus adéquate à l’orientation. Un cadre en débord est mis en place pour permettre une protection solaire et éviter une surchauffe au Printemps et en Eté. Au contraire, en Hiver, quand il est nécessaire d’avoir de la lumière et de chauffer les salles, le cadre ne fait pas obstacle.

  • Un bandeau de brique épais renforce le travail de socle au rez-de-chaussée. Il articule le passage entre rez-de-Chaussée et les étages et fabrique les préaux. Ce bandeau, de par son débord offre une protection solaire pour les circulations situées au Sud en rez-de-chaussée.

  • La végétalisation des toitures en rez-de-chaussée, au delà du paysage qu’elles offrent depuis les étages, favorisent le tamponnement et l’évapotranspiration des eaux de pluie et participe ainsi à la limitation du rejet des eaux aux réseaux communautaires.

 

A la minéralité des façades, les ambiances intérieures des nouveaux espaces répondront par une mise en valeur du bois dans des usages multiples et adaptés :

En effet nous avons retenu le bois comme matériau de structure. Notre choix de réaliser le projet en ossature bois permet un chantier beaucoup plus propre, rapide et moins bruyant qu’un chantier traditionnel. La définition des espaces est pensée à partir de la structure comme un élément véritable et originel de l’architecture.

Les volumes créés puisent leurs forces et qualités tant dans les jeux simples de lumière naturelle que dans leur ouverture au site. En outre l’utilisation du bois comme matériau renouvelable qui assure également le stockage du CO2, cette démarche inscrit le bâtiment dans une image environnementale forte. Image d’autant plus importante dans un lieu qui doit assurer l’éducation des générations futures.

ÉQUIPE : TGMP Architectes & Associés, Atelier ALTERN, Beha LEGRAND, NORTEC, ABC DECIBEL
MAITRISE D’OUVRAGE : Ville de MERVILLE (59)
MONTANT DES TRAVAUX : 4,85M€
SURFACE DE PLANCHER :  m2
 
CONCOURS : NON LAUREAT

IMAGES CONCOURS : Philippe PAOLI